AIX LASER VISION
Tél. 0033442990981 cell 44.AV DE LATTRE DE TASSIGNY 13090  Aix-en-Provence
Menu

Opération au laser des yeux à Aix : votre séjour au centre

Vous souhaitez en savoir plus sur le déroulement de votre opération laser des yeux à Aix ? Aix Laser Vision vous dit tout sur votre séjour au centre et vous donne de nombreux conseils pour préparer au mieux votre intervention. Contactez le centre de chirurgie oculaire pour toute question complémentaire !

Informations sur la chirurgie réfractive

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Vous êtes intéressé par la chirurgie réfractive. Cette fiche d’information a été réalisée dans le but de vous faire comprendre :

  1. Votre bilan
  2. Le traitement proposé et le déroulement de l’intervention
  3. Les risques et complications possibles liés au traitement
  4. L’attitude à adopter avant, pendant et après l’opération.

Les informations fournies dans ce document sont susceptibles de vous inquiéter. Il s’agit de complications rares, voire exceptionnelles, mais qui ont été volontairement écrites afin que vous puissiez avoir toutes les informations nécessaires pour prendre votre décision.

Sachez que dans la grande majorité des complications, il existe un moyen d’y remédier.

Il vous sera demandé de signer cette fiche, non pas pour décharger le chirurgien d’une quelconque responsabilité, mais pour attester que toutes les informations vous ont bien été délivrées.

Votre bilan pré-opératoire

Pour juger de la possibilité de bénéficier dans votre cas d’une procédure de chirurgie réfractive, votre ophtalmologiste va vous faire un bilan réfractif approfondi au terme duquel il vous proposera ou pas une technique chirurgicale.

Prévoyez un temps assez long pour cet examen qui va durer 1 à 2 heures et au décours duquel vos pupilles seront dilatées (soyez, si possible, accompagné et ayez enlevé vos lentilles de contact depuis plusieurs jours).

L’examen comprendra une mesure de votre réfraction (correction lunettes), une topographie cornéenne pour dépister d’éventuelles anomalies, une pachymétrie (épaisseur cornéenne) et un examen de votre fond d’œil et prise de la pression intra-oculaire.

Au terme de cet examen, on vous fournira des documents et des informations pour prendre la décision opératoire éventuelle.

Comprendre le traitement proposé

Les différents moyens de correction optique : lunettes, lentilles et chirurgie réfractive ont tous pour but de modifier le trajet des rayons lumineux pour les ramener précisément sur la rétine.

La chirurgie réfractive au LASER EXCIMER a pour but de remodeler la cornée.

Ce laser est utilisé depuis plus de 15 ans. Il s'agit d’un équipement de très haute technologie, très coûteux à l’achat et à l’entretien, complètement différent des autres lasers destinés à la rétine, la peau, l’iris, etc…

Le laser Excimer émet un faisceau lumineux de haute énergie qui permet de «décaper» la surface de la cornée avec une précision de l’ordre de 0.3 micron. Cela permet de «sculpter un lenticule» au niveau de la cornée qui modifiera le trajet des rayons lumineux.

L’intervention est réalisée sans hospitalisation, sous anesthésie locale par simple instillation de collyre. Vous serez allongé sur une table d’opération, la tête bloquée et fixée. Les paupières seront maintenues ouvertes par un écarteur à paupières tout au long de l’intervention. Vous devrez fixer un spot rouge fixe au-dessus de vous.

Votre chirurgien vous expliquera à nouveau ces petits détails pendant l’intervention qui sera strictement indolore.

Il existe trois types d’intervention utilisant l’énergie du LASER EXCIMER :

  1. La photo kéractectomie réfractive (PKR) : cette technique est bien adaptée aux myopes, astigmates ou hypermétropes modérés. Elle peut être également utilisée en cas de contre-indication au LASIK, par exemple si l’épaisseur cornéenne se révèle insuffisante. Après un pelage rapide de la couche superficielle de la cornée, les impacts de laser sont appliqués directement sur la surface cornéenne pendant quelques secondes. Des collyres sont ensuite instillés et un pansement oculaire est réalisé.
  2. LE LASIK : cette technique également rapide, indolore et stable, permet au chirurgien de corriger les troubles de la vision plus importants ou plus complexes. Elle se déroule en deux temps. On réalise d’abord une découpe très précise d’une lamelle de cornée en préservant une charnière afin de créer un « capot cornéen ». Puis, on soulève ce capot pour délivrer les rayons laser dans l’épaisseur de la cornée. En fin d’intervention, on rabat le capot cornéen qui va se coller et cicatriser naturellement.
  3. LE FEMTO LASIK est la variante moderne du LASIK. Le capot cornéen est préparé à l’aide du laser femto seconde INTRALASE.

Risques et complications liés au traitement

En 2011, plus de cinquante millions de cas ont bénéficié de chirurgie réfractive par laser EXCIMER dans le monde. De nombreuses études d’évolution ont été pratiquées.

Le PKR, pour les myopies inférieures à 4 dioptries, montre une excellente efficacité, puisque selon les études, 80 à 100 % des sujets opérés présentent une vision sans correction supérieure ou égale à 8/10 (requise pour la conduite automobile). La sécurité est également excellente.

Le LASIK, pour les myopies inférieures à – 9 dioptries : 95 à 100 % des sujets opérés présentent une acuité visuelle non corrigée supérieure à 8/10. La sécurité est tout aussi bonne : 0 % des sujets ont perdu plus de 2/10 d’acuité visuelle corrigée si la myopie est inférieure à – 6 dioptries et entre 0 et 8 % pour une myopie forte (- 7 à - 10 dioptries).

Même si globalement la chirurgie réfractive donne un très fort pourcentage de réussite (supérieur à 95 %), la prédictibilité dépend du phénomène de cicatrisation qui est propre à chaque individu. Une légère correction complémentaire par lunettes d’appoint (conduite automobile), lentille ou par ré-intervention ne peut être exclue.

1 – Effets transitoires ou bénins :

La sur-correction ou la survenue d’un astigmatisme sont des événements possibles qui peuvent motiver un traitement complémentaire dans un délai de 1 à 12 mois, ou le port de lunettes ou lentilles d’appoint.

Malgré une acuité visuelle sans correction très satisfaisante, il peut apparaître des problèmes subjectifs de qualité de la vision : baisse de résistance à l’éblouissement (phares de voitures), impression de vision « grisée » (gêne de vision nocturne) ou perception de halos lumineux autour des lumières (notamment la nuit).

Ces problèmes sont en majorité bien tolérés et souvent réversibles en quelques semaines à quelques mois.

Il peut aussi subvenir un abaissement des paupières, ce qui est exceptionnel et spontanément réversible en quelques mois. Des picotements, sensation de sable, sécheresse ou larmoiement brutal sont aussi fréquents et réversibles rapidement. Ils nécessitent parfois l’utilisation de collyres lubrifiants.

2 – Complications plus sérieuses pendant l’intervention :

  • a) Dysfonctionnement du laser : des tests sont systématiquement réalisés avant chaque intervention. Les tests d'énergie, de centrage de l'eye tracker, du scanner et de la fluence sont réalisés avant chaque procédure. Si les résultats ne sont pas conformes au cahier des charges, l'intervention est différée.
  • b) Décentrement de l’ablation laser : le centrage de l’ablation se fait sous contrôle du chirurgien qui peut à tout moment interrompre et reprendre l’action du laser (pédale – l’assistant opératoire contrôle également le centrage sur vidéo-moniteur). Mais il repose aussi sur la collaboration du sujet opéré qui doit fixer pendant quelques secondes une petite lumière verte clignotante. Le laser EX 500 WAVELIGHT est équipé d’un système de poursuite automatique (eye tracking) qui limite ce risque.
  • c) Incidents propres au LASIK mécanique : incidents de découpe lamellaire lors de la découpe cornéenne, blocage du micro-kératome, perte de couplage entre l’instrument et la cornée ou d’autres problèmes mécaniques peuvent être responsables d’une découpe irrégulière ou incomplète. Le chirurgien peut alors être amené à interrompre l’intervention pour la repro-grammer 3 à 6 mois plus tard, après cicatrisation de la cornée. D’exceptionnelles complications de découpe peuvent entraîner la mise en place de points cornéens voire d’une ré-intervention sur la cornée.

3 – Complications post-opératoires :

  • a) Infection de la cornée : elle est rarissime, surtout si les mesures d’hygiène et le traitement pré-opératoire ont été respectés. Elle se traite avec des antibiotiques forts, mais peut laisser des séquelles visuelles.
  • b) Complications propres au LASIK :
    • inflammation de l’interface lamellaire : le plus souvent réversible par traitement local (collyre pendant quelques semaines)
    • invasion épithéliale : passage des cellules superficielles sous le capot cornéen. Elle peut nécessiter un «lavage» du capot.
    • kératocône induit : ectasie induite de la cornée, très rare si les paramètres pré-opératoires ont été respectés. Il peut nécessiter une greffe de la cornée.
    • micro-plis du capot liés à un traumatisme post-opératoire immédiat (premières 24 h) : rare et sévère, peut nécessiter une ré-intervention sur le capot cornéen, voire la cornée elle-même.

Recommandations opératoires

Avant l'intervention

  • Inutile de rester à jeun.
  • N’arrêtez pas vos médicaments habituels.
  • Vous ne devez pas consommer d’alcool, ni fumer avant l’intervention.
  • Prenez une douche ou un bain avant de vous rendre à la clinique + shampoing.
  • Supprimez tout maquillage du visage et des paupières, enlevez les piercings.
  • Supprimez les lentilles de contact 48 heures avant l’intervention.
  • Prévoyez une personne accompagnante valide et responsable.
  • N’emportez ni bijoux, ni objets de valeur.
  • N’oubliez pas la prémédication éventuellement prescrite par votre chirurgien.
  • Ramenez la fiche de consentement signée.

Pendant l'intervention

Lors de l’intervention au LASIK, il est normal que la vision s’interrompe brutalement juste avant la préparation cornéenne, pendant plusieurs secondes. Elle revient normalement dès que la procédure est terminée.

  • Gardez les bras le long du corps, ne croisez pas les jambes.
  • Si un mouvement oculaire vous est demandé, effectuez-le doucement.
  • Avant le laser, vous verrez une petite lumière verte qui vous servira de point de repère et le chirurgien vous demandera de la fixer pour aligner le faisceau laser.
  • Pendant le laser, vous devez garder cette fixation, ce qui est très simple. Si vous voyez une image un peu floue ou qui bouge, c’est normal ; continuez à fixer le milieu du spot vert.
  • Si vous bougez, n’ayez pas peur, le dispositif d’asservissement du faisceau laser (eye tracker) est en action et poursuit les mouvements de l'oeil.
  • Le laser s’accompagne d’un bruit de crépitations. Suivant le cas, il faut quelques secondes à quelques dizaines de secondes pour effectuer le traitement.
  • A la fin du traitement, vous sentirez de l’eau s’écouler : c’est normal, car la cornée est lavée.

Après l'intervention

  • Les lunettes solaires de protection vous seront données pour la journée.
  • Des coques transparentes seront souvent placées pour protéger vos yeux pendant les premières nuits suivant l’intervention.
  • Vous pouvez débuter les collyres dès le jour même de l’opération, mais replacez la coque si cela a été prévu par le chirurgien.
  • Il faut impérativement éviter tout traumatisme de l’œil opéré pendant 10 jours (attention aux frottements, démangeaisons, instillations de collyre, pas d’expositions à risques – sports dangereux, bricolage, jardinage, bains de piscine ou de mer, etc.).
Top